Les curieux maithunas de Khâjuraho

Voyager en train en Inde pourrait sembler le plus pratique et pourtant…De nos expériences, on ne peut que vous conseiller de privilégier le bus avec couchettes. Vous ne dormirez pas mieux que dans un train mais au moins vous aurez la quasi garantie d’arriver à l’heure et surtout un petit espace rien que pour vous 🙂 Tous nos trajets en train de Varanasi à Agra ont été épiques. Les trains sont bondés. Il est impossible, à moins de ne réserver plusieurs semaines à l’avance, d’acheter des places assises numérotées. Certes vous paierez une misère de longs trajets mais il faudra vous attendre à voyager en classe « sleeper » et avec beaucoup d’amis autour de vous:) Chai Chai Chai…

Depuis Varanasi pour rejoindre la ville de Khâjuraho, située à 440 km, nous avions réservé depuis le Sri Lanka via le site cleartrip le train n°21108 en couchette wagon AC3 tiers (c’est le confort minimum que l’on conseille…mais ne pas hésiter à s’offrir une expérience en sleeper pour comprendre pourquoi!). Lié sans doute à la fête du Kumbh Mela à Allahabad, nous avons écopé d’un gros retard. Nous arrivons sur les coups de 13 h au lieu du 05 h du mat’ prévu soit 15 h de trajet pour 440 bornes :o). Et cette fois et pour la première fois, les vendeurs ambulants pourtant si nombreux étaient invisibles! C’est ballot quand tu n’as pas prévu ton casse-croûte avant de monter 🙂 En conclusion sur les transports…une certitude en Inde, aucune certitude ;o)

Le cœur de la ville de Khâjuraho, situé à 10 km, les tuk-tuk men sont en bloc pour vous cueillir à la sortie de la gare ; prix de la course 100 roupies (1,25€) jusqu’à notre guesthouse sympathique Mini Homestay. Cette dernière offre un bon emplacement car campée à 10 minute à pied des temples du groupe ouest, groupe qui possède les plus beaux temples.

À peine posés, nous décidons de partir de suite explorer ces temples de l’art indo-aryen (nagara) édifiés entre le IXe et XIIe s et classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. La pierre témoigne ici de l’histoire et des mœurs de l’Inde à cette époque, relevant de deux religions l’hindouisme et le jaïnisme. Les sculptures représentent pour l’essentiel des scènes de vie des rois, des reines, des divinités et également des guerriers. Mais ce qui fait la célébrité de Khâjuraho, ce sont les quelques 5% de sculptures érotiques qui restent encore aujourd’hui une curiosité dans leurs significations, les maithunas. Selon la culture tantrique, les scènes d’amour figurent l’oubli de soi-même, un bon moyen de s’abandonner à la méditation. La délivrance est atteinte en intégrant le désir à la spiritualité. L’union sexuelle est donc un processus pour favoriser l’épanouissement et la connaissance de soi. Et c’est dans un magnifique environnement et sous une belle lumière de fin de journée que nous découvrirons émerveillés ce travail d’art sur les temples du groupe ouest (entrée du site fév. 2019 : 600 rs/pers – 7,50€).

Nous finalisons notre découverte de Khâjuraho par une balade tranquille dans la cité où vous pouvez trouver de nombreux objets en bronze et autres babioles à prix correct. Sur les conseils du routard, nous avons choisi de dîner au restaurant Agrasen, renommé pour sa spécialité les aubergines « nigsmi » (bon, propre, pas cher mais gras!). Après une bonne nuit sur un des matelas les plus durs jamais testés dans notre vie, nous reprenons le chemin de la gare dès le lendemain pour rejoindre la désirée cité, que l’on nous a vendu comme étant calme, Orchha…

{"autoplay":"true","autoplay_speed":3000,"speed":300,"arrows":"true","dots":"true"}

 

Laisser un commentaire