Kirghizstan, petit pays pour grandes rencontres

Après un passage aux postes frontières sans embûches où l’on croise deux cyclistes tour-mondistes britanniques de plus de 65 ans ; échanges furtifs, ils entrent au Kazakhstan, on retrouve une route chaotique jusqu’à la première ville Karakol.

Impossible de rejoindre cette ville d’une traite, nous faisons donc étape dans un champs où le propriétaire vient nous dire bonsoir juste pour s’assurer que nous allons bien 🙂 Nous sommes à 1880 m d’altitude à Chon Bet.

94% du pays est en moyenne à 2700 m d’altitude. Les paysages sont justes bluffant. Nous sommes début octobre et la météo commence à avoir des couleurs froides. Au premier lever en terre kirghize, il fait 5°C dans Orbis. Il va falloir penser à mettre un peu de chauffage :)! On saute dans nos fringues, un bon café et on prend la route assez vite pour rejoindre Karakol et son célèbre marché des animaux.

À notre arrivée au marché, on rencontre Flavio, reporter professionnel pour Marco Polo TV qui fait des voyages en Fiat panda. Cliquez voir sa page, il est pétillant comme un bon Lambrusco 🙂 Ce dernier nous donne le nom de son Hostel KBH et on le retrouve donc un peu plus tard. Nous visitons le marché en se délectant à observer les transactions et au retour à notre Orbis, on tombe sur un véhicule immatriculé 63. Ben tiens, si on laissait un mot sur le pare-brise pour une future rencontre?!?

Mot laissé, on part rejoindre Flavio à l’Hostel. Avant ça on s’arrête au centre de Karakol pour pépettes et carte Sim. A l’Hostel, on branche Orbis et on profite de faire deux lessives! Et qui frappe à la porte?!? Maxime et Oksana, ce couple avec qui nous avons bien sympathisé au Charyn Canyon 🙂 Trop contents de les revoir, nous allons passer la fin de journée avec eux. On visite le musée sur l’histoire de la région de Karakol et on découvre une exposition de photographie extraordinaire sur l’exploratrice Ella Maillart.

 

Au petit matin, on se lève tôt et on décide de rejoindre le canyon des sept taureaux non loin de Karakol. Avant ça, nous nous arrêtons dans un garage pour cette fois changer le pré filtre à gazole. Après ce travail un peu galère et réalisé pour seulement 6€, on s’en va rejoindre les camtars du 63 qui nous ont recontacté 🙂

Et de là va naître une amitié baroudeuse avec Christelle & Loïc du Blog de la Roulotte qui ne sont finalement pas du 63 mais du 79, Niort (on leur pardonne ;o)) et Malo & Aymeric, les Troubadours des Temps Modernes.

C’est le bivouac de rêve dégoté par les Troubadours et nous allons passer un très bon moment tous ensembles à découvrir le canyon et à partager un bon gueuleton et pleins d’histoires de nos aventures. Nous avons réalisé à peu près le même parcours et ce qui est drôle c’est que la Roulotte, nous avait été présentée par les Marmottes en Mongolie 🙂 Le monde reste petit!

On reprend la route chacun selon nos plans.

Nous roulons le long du lac Issyk Koul en direction de Bichkek par le sud. On s’arrête pour un bivouac à Tamga et on découvre le Fairy Tail Canyon. Paysages sublimes. Mais le froid persiste à vouloir rester!

On rejoint Bichkek le 10 octobre au soir et en parlant avec des routards, nous apprenons qu’il existe un vol direct pour New Delhi pour 150€. L’idée de stopper Orbis pour aller passer l’hivers au soleil commence à faire son chemin!

Une première nuit dans une guesthouse pas top, on suit les conseils de l’application Ioverlander et on rejoint Friends Guesthouse.

Superbe accueil dans cet hostel qui porte finalement bien son nom puisque nous allons retrouver nos amis baroudeurs, la Roulotte, les Troubadours et les Marmottes, et nous rencontrons Sandrine, Nicolas et Margaux et deux roumains en vélo 2 Bikes Odyssey.

Bichkek est la ville étape pour faire la partie la moins amusante du voyage, les visas !

La neige est là et elle nous motive à organiser l’arrêt d’Orbis. Et en 10 jours, on trouve un garage sécurisé pour garer notre maison sur roues pour plusieurs mois. On passe par un plan Ioverlander Iron Horse Nomads, qui nous trouve un garage couvert et privatif pour 150$ par mois. On réalise nos démarches pour le visa pour l’Inde, un visa de six mois triple entrées que nous obtenons rapidement (cf. nos Baroutil’s).

Jusqu’à notre départ planifié le 21 octobre 2018, on consacre donc notre temps à nous organiser pour passer du mode camtar en mode routard.

On met à profit notre temps pour rencontrer des garages à Bichkek pour étudier quelques problématiques à réparer au retour, quand on reprendra la route.

On visite la ville qui garde des traces magnifiques de son passé soviétique! On flâne surtout au Osh Bazaar à proximité de la guesthouse et on prends du temps avec les amis voyageurs pour relater nos histoires et partager nos bons plans au chaud entre deux gouttes et trois flacons de neige!

Quand on repense que l’on a mangé une fondue grâce à nos Marmottes suisses et privatisé un bus pour se rendre en ville avec la Roulotte et les Troubadours, on se dit vraiment que tout est possible au Kirghizstan!

Nous serons heureux de retrouver ce pays de montagnes en avril 2019 , après un périple de six mois en sac à dos, en Inde, au Sri Lanka, en Thaïlande et au Cambodge.

 

 

 

{"autoplay":"true","autoplay_speed":3000,"speed":300,"arrows":"true","dots":"true"}

 

2 Replies to “Kirghizstan, petit pays pour grandes rencontres”

  1. Coucou c’est Henri Françoise Peggy et les pepettes. On vous souhaite e joyeuses pâques et on pense bien à vous 🙂 Bisous bisous

    1. Merci beaucoup de nous suivre 🤗 joyeuses Pâques à vous aussi et gros bisous à tous🤩amitiés

Laisser un commentaire