Un an sur les routes

Le 16/04/2018, nous avons pris la route en direction de nos premières (re) découvertes. Voilà donc un an que nous sommes sur les routes. Nous avons beaucoup appris en une année. Nous savons désormais que l’imprévu est plus savoureux que le planifié et que notre liberté est une fortune à apprécier à chaque instant.

Car nous avons une chance infinie de pouvoir voyager, et surtout de pouvoir voyager librement. Même si nous rencontrons actuellement quelques déboires pour des visas, vivre avec insouciance est un bonheur absolu. Nous avons appris à nous alléger, de nos kilos d’abord mais surtout de nos biens. Non nous n’avons pas besoin de dix paires de chaussette pour avoir les pieds au chaud ou de dix paires de chaussures pour bien marcher 🙂 Vivre avec moins c’est assurément vivre mieux! L’esprit alléger, on se surprend à admirer un coucher de soleil que l’on ne regardait plus ou un écureuil qui vient piquer en douce trois cacahuètes!

Au début de notre itinéraire dans les îles britanniques, nous nous sentions plus en vacances qu’en voyage. En effet, il faut quelques semaines sur les routes pour s’accoutumer à ce mode de vie nomade. Ce n’est plus une parenthèse enchantée mais un quotidien. Tu ne rentres pas, après un break de quelques semaines, retrouver ton « chez toi », tes amis, ta famille et les collègues. Tu ne vas pas retrouver les saveurs que tu connais et ces fameux mets qui finissent toujours par élargir à nouveau tes hanches! Voyager ce n’est pas être en vacances. Car voyager c’est ne plus connaître à l’avance le chemin que tu prendras au réveil. Alors jour après jour, tu t’ajustes. D’abord, tu comprends vite qu’il ne sert à rien d’anticiper des semaines à l’avance un itinéraire et que le hasard d’une rencontre peut te conduire sur une autre route. Tu défis les administrations pour obtenir les visas et tu serres quand même les fesses à chaque douane traversée. Tu apprends à utiliser des applications et tu découvres que ton Smartphone est un bien bel outil quand il s’agit de communiquer avec quelqu’un qui ne maîtrise pas la langue de Shakespeare. Tu ruses pour te faire comprendre et tu oses interroger ton prochain si besoin. Tu redeviens moins mauvais en calcul mental et tu jongles aisément entre le dollar et l’euro. Tu négocies que ce soit pour le prix d’un tuk tuk, la direction à prendre ou la visite à privilégier. Côté fringues, tu t’accommodes des mêmes et tu n’as donc plus peur que le pompier découvre (au cas ou, on ne sait jamais) que tu portes la même culotte depuis plusieurs jours ! Le confort d’une douche chaude, d’un emplacement propre ou encore d’un bon wifi prennent le goût d’un gain au loto quand tu dégotes les trois à la suite! Tu découvres des saveurs, tu aimes des aliments que tu n’aimais pas en France, tu mets à l’épreuve ton estomac et tu te surprends à saliver sur un camembert président sous vide hors de prix dans un supermarché de Thaïlande!…

Alors après une année pleine de rebondissement, après avoir vécu 6 mois en camping car et 6 mois en sac à dos, nous voilà prêts à continuer la route à bord d’Orbis. Ces derniers jours ont été quelques peu difficiles à l’échelle de notre Infinitrip, gestion houleuse de visas et d’un carnet de passage en douane obligatoire pour traverser l’Iran…Notre ténacité n’est désormais plus à démontrer 🙂

Au plaisir de vous faire partager la suite de nos aventures et nos rencontres.

Amitiés baroudeuses et bon week-end à tous.

Laisser un commentaire