Kirghizstan, de Bichkek à Osh

Le mardi 30 avril, ça y’est on reprend l’aventure avec Orbis en quittant Bichkek, pour rejoindre le sud du Kirghizstan, et ce qui sera notre dernière étape au cœur de ce magnifique pays de montagnes, la ville d’Osh.

Osh est située à un peu plus de 600 km de la capitale et il y a deux cols à plus de 3000 m à franchir pour la rejoindre. Le soleil nous fait faux bond le premier jour et nous allons franchir le premier col sous la pluie, un épais brouillard et un vent à d’écorner les bœufs! Presque un sentiment de plonger Orbis dans le néant. Avec la route pleine de trous et de nombreux poids lourds, nous allons donc effectuer la distance en plusieurs étapes.

Sur le bord de la route, de courageux locaux vendent du kurut, ces boulettes blanches très dures qui sont du yaourt séché. Les baraquements sont sommaires et on se désole de ces conditions de vie rudes. Il fait un froid de canard à 14h, et on s’inquiète de rejoindre avant la nuit le lac de Toktogul où l’on devrait retrouver des températures positives!

En descendant le deuxième col, le ciel commence à se dégager. A l’entoure d’un virage sec, nous tombons sur un Land Rover équipé d’une cellule, accidenté. On s’arrête pour s’assurer que tout va bien. Il s’agit de deux baroudeurs aguerris, un couple franco-australien. Malheureusement leur projet de route du Pamir s’interrompt pour eux mais ils vont biens et là est l’essentiel. Vous pouvez suivre leur aventure sur GrizzlyNbear Overland.

Rassurés, nous reprenons la route. Le soleil va alors finir par nous accompagner et enfin se décider à ne plus nous quitter! Ce soleil qui a tant manqué pendant les deux semaines à Bichkek, va sublimer la découverte des paysages qui vont suivre ; paysages sublimes de montagnes enneigées où Chris va s’aventurer à marcher en claquette dans la neige…que ne ferait-il pas pour ses photos 🙂 Nous allons passer du « Oh! » à « Ouah! » tous les 5 m, et ce tellement le spectacle qui s’offre à nous est magique.

Après 250 km, nous nous posons pour notre premier bivouac sur la route près du lac de Toktogul. Nous avons atteint l’objectif du jour et un petit 13°C bienvenue. Accueillis par le berger, nous nous assurons que nous pouvons dormir tranquille et ce sera le cas. Un silence des anges.

Le lendemain au réveil, nous allons parcourir la route qui surplombe le lac de Toktogul. Arrêt photos, pause café et dégustation d’un poisson grillé dans une gargote sympathique où un local se jouera d’un appel à un ami qui parle français pour mieux communiquer avec nous! échanges loquaces et rigolos, nous en sommes heureux. En poursuivant, nous découvrons sous un beau soleil le canyon de Naryn, la plus longue rivière du pays.

Au bout de 300 km, on s’arrête bivouaquer à côté d’un grand parc qui surplombe la ville thermale de Jalal-Abad, troisième ville kirghize très verdoyante. On assiste le soir à un spectacle de chansons kirghizes à l’ambiance plutôt nostalgie. Le lendemain, une fois Orbis coiffé du chapeau kirghize, on file terminer les 100 km en s’arrêtant à Uzgen, premier pas sur les traces de la route de la Soie en découvrant un minaret et un ensemble de trois mausolées en briques du XIIè s. En début d’après-midi, nous atteignons Osh, deuxième ville du pays située au pied d’une montagne à cinq pics. Nous nous stationnons facilement près de la place Lénine et filons découvrir le bazar. Après avoir déambulés près de 10 km nous trouvons un bivouac au pied du rocher Suleyman Too. Cette montagne à cinq pics est un lieu de pèlerinage musulman car le prophète Mahomet y aurait prié. Le lendemain on grimpe avec les pèlerins et en redescendant nous rencontrons devant la mosquée Suleyman, un homme qui va nous présenter son projet de vie ; avoir dix enfants avec deux femmes différentes, leur construire à chacune la même maison et une pour lui et ainsi être le plus heureux des hommes. Il s’étonne de notre vie sans enfants et me dit de prier Allah pour en avoir! No comment 🙂

Osh c’est déjà le début des aventures sur la route de la Soie car la ville fut un centre majeur dès l’origine de cette mythique route. Alors après les derniers préparatifs, rangement du véhicule, cache du drone, plein de gazole, on rejoint le poste frontière avec l’Ouzbékistan à une dizaine de kilomètres d’Osh. Notre périple en terre kirghize prend fin. Et c’est un vrai coup de cœur que nous avons eu pour ce petit pays de moins de 200 000 km², enclavé entre la Chine, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan et le Tadjikistan.

 

{"autoplay":"true","autoplay_speed":3000,"speed":300,"arrows":"true","dots":"true"}

 

Laisser un commentaire