Ouzbékistan, de la vallée de Ferghana à Tachkent

Après une heure pour passer les postes frontières Osh/Dostuk, nous entrons en Ouzbékistan par la vallée de Ferghana, large cuvette plate de 22000 km² entre les chaînes de montagnes des Tian Shan au nord et du Pamir Alaï au sud. Cette partie du pays jusqu’à la capitale est la plus peuplée d’Ouzbékistan ; elle regroupe près de 30% de la population. C’est le principal vivier pour la production de fruits et de légumes mais aussi du coton.

À notre sortie de la douane, il nous reste alors quelques soms kirghizes en poche. À peine stationnés sur le bas côté à sortie du poste de douane ouzbek pour prendre nos repères et un homme au chapeau carré vient nous toquer à la vitre pour faire du change au « black ». Après négociation, on se fera quand même bananer de 5€. Heureux on file atteindre notre première étape, Andijan, avec en mains une surprenante liasse de soums!

Millionnaires, on trouve un stationnement pour la nuit près du musée Babur et du bazar Dekhan où on va se régaler pour notre première soirée en terre ouzbek. Nous allons vivre un accueil fabuleux au cœur de ce bazar. Des « Welcome in Uzbekistan » fusent de toutes parts et des « Otkuda » (d’où tu viens!?!) également! Dès que l’on répond « Francia », on a le droit à des « Oh nice! » et à la citation de joueurs de football tels que Zidane et Mbappé. On a aussi droit aux noms de nos stars adorées Mireille Mathieu et Gérard Depardieu 🙂

Les sourires sont magnifiques, les étals du bazar d’Andijan sublimes et notre première nuit est étonnamment calme compte tenu de ce bivouac au cœur du centre ville.

Au matin, réveillés aux aurores, on prend la route en direction de Marghilan pour visiter l’atelier de soierie « Yodgorlik ». On découvre la conception d’une étole de soie, de la naissance du vers à Soie à l’achat en boutique. En sortant de cette visite avec des questions sans réponses, et une admiration pour le mouvement de pieds de la tisseuse, on se dirige vers le célèbre bazar Kumtepa. Malheureusement ce dernier étant fermé, nous allons rejoindre quelques kilomètres plus loin, la capitale de la vallée, la ville de Ferghana!

Nous allons découvrir une ville « nouvelle » où tout semble sortie de terre depuis peu ; les avenues sont larges, vides, très propres. On reste étonnés depuis notre arrivée de ces nombreuses constructions ; tel le sentiment de vouloir faire disparaître les traces du passé…Selon nos lectures cela correspond bien à l’idéal de l’ex président Islam Karimov décédé en 2016 : « un pays propre, ordonné, prospère et moderne »! Ferghana ne nous séduit pas.

Après une douce sieste, on file jusqu’à Rishtan afin de découvrir un atelier de céramique notifié sur l’application Ioverlander. La visite de l’atelier, en français, par un des jeunes fils de la maison va se révéler très intéressante. Les touristes français sont tellement nombreux en Ouzbékistan qu’il a appris le français à l’aide d’une application 🙂 Un lieu hors du temps qui nous a enchanté. Après cette riche première journée en terre ouzbek, on s’arrête à Kokand où nous avons un accueil bienveillant des locaux nous aidant à trouver notre bivouac pour la nuit. Le lendemain on se réveille à nouveau aux aurores. Le jour se lève tôt sur le pays. Après un bon petit déjeuner nous partons à la découverte du palais de Khan. La façade en céramique est superbe et le soleil est avec nous pour la sublimer. Découvertes des différents mosquées et mausolées, et au hasard d’une rue, nous tombons sur un marché aux oiseaux. Chris est comme un fou devant les chardonnerets et s’essaie à quelques échanges avec les éleveurs. Nostalgique de ses « titis », on décide de prendre la route en direction de la capitale Tachkent située à quelques 300 bornes de là. On quitte le marché aux oiseaux sans oiseau (ouf ;o)!) mais avec une plante :)!

Arrivée à Tachkent, 4 heures plus tard après la traversée d’un beau col, cela fait déjà 72h que nous sommes dans le pays, il nous faut donc passer l’épreuve de l’enregistrement (cf. nos Baroutil’s). On se dirige donc à l’hostel « Jules Verne » pour se plier à la réglementation. À nouveau l’accueil et la disponibilité du patron sont formidables. Il nous explique la règle, nous demande 4$ par personne et nous conseille un stationnement à deux pas de son établissement. On dormira notre première nuit dans cette capitale, en face de la belle mosquée Minor. C’est le début du Ramadan et la mosquée jouit d’une belle lumière pour ce premier soir. La ville nous surprend par sa modernité. L’image désuète que nous avions du pays est écornée depuis notre arrivée! L’idéal de Karimov cité plus haut, se voit!

Au premier réveil, Chris part profiter de la lumière pour ses photos et il nous dégote un emplacement de rêve à deux pas d’un parc situé entre la Tour de Télévision et la mosquée Minor (cf application Ioverlander pour l’adresse). Nous y restons 3 nuits. Après avoir finalisé nos evisas pour le Tadjikistan, nous partons à la découverte de cette capitale. On déambule près de 15 km à pied en découvrant le mémorial du tremblement de terre, l’émouvant monument de la mère affligée où sont répertoriés sur des panneaux en bronze en forme de livrets les noms des 400 000 soldats ouzbeks tombés pendant la seconde guerre mondiale, la place de l’Indépendance aux pélicans porte-bonheurs qui ressemblent à des cigognes, le parc Navoï et un agréable retour le long du canal. Avant un retour à la maison, on se régale au


restaurant « La Shakar » et on boit un coup grâce au débit de boissons « Legion », deux lieux où nous prendrons nos habitudes pour la durée du séjour à Tachkent! Le deuxième jour on découvre le métro à 1200 soums le trajet (12cts €) et on continue de visiter la ville en découvrant la place Khast Imam avec la mosquée Hazroti Imom ; ce lieu est le centre religieux musulman de la République d’Ouzbékistan. Nous profitons du grand bazar Chorsou et particulièrement de sa section aux fleurs. C’est le printemps et la ville est très fleurie. On constate un nombre impressionnant de personnes en charge de l’entretien et de l’embellissement de la cité. La ville est très propre avec de larges avenues et de grands parcs très bien aménagés. On ne retrouve pas ces « petits » quartiers intimistes à la mode européenne. On finit notre deuxième journée par la découverte du quartier Alisher Navoï. Au retour dans notre quartier, claqués on se régale à nouveau au restaurant « La Shakar » où les habitués interrogent deux nouveaux habitués ! Notre dernier jour à Tachkent est consacré à la découverte des derniers monuments notamment autour de la place Timur Amir et une visite au musée de la photographie. Tachkent a su nous séduire ; sa population accueillante, l’aménagement du canal, ses parcs superbement fleuris, ses glaces renversantes, sa modernité malgré ses vieilles berlines Lada ou Gaz et surtout ce bivouac mémorable en plein centre ville!

Depuis octobre 2018, les français n’ont plus besoin de visa pour des séjours de moins de trente jours. Ainsi, on interrompt notre périple en Ouzbékistan pour découvrir le Tadjikistan occidental. Un poste frontière est situé à une cinquantaine de kilomètres de Tachkent. On reprendra la suite des aventures ouzbèkes par la mythique Samarcande 🙂

{"autoplay":"true","autoplay_speed":3000,"speed":300,"arrows":"true","dots":"true"}

Laisser un commentaire