Iran, de Shiraz à Ispahan

Arrivés à Shiraz après 7 heures de route, sous un soleil de plomb, Safarali nous attend! Cet homme a le don d’ubiquité :)…enfin il suit surtout son papa qui a été transféré à l’hôpital de Shiraz pour une opération du cœur. Et à nouveau il prend le temps pour nous faire visiter cette ville qu’il connaît sur le bout des doigts! Première étape le mausolée du poète persan Hafez, très célèbre pour les iraniens. Hamideh m’a d’ailleurs confié à Téhéran que pour les iraniens, les poèmes d’Hafez du livre « Le Divan » sont utilisés pour connaître le futur. Les iraniens posent une question à Hafez, ouvrent « Le Divan » au hasard et l’interprétation du poème sélectionné apporterait la réponse à la question posée! Pour Hamideh, cela aurait souvent fonctionné.

Le lendemain de notre arrivée, nous nous plongeons au cœur du bazar Vakil somptueux et on part découvrir la mosquée rose où l’on jouera avec les effets de lumières transmis par les vitraux ainsi que la mosquée Vakil. Les bazars sont organisés comme des mini villes alors il y a toujours lieux cultes et souvent des écoles au cœur de son environnement. On reste gourmands en s’enfilant des glaces et en disant au revoir à Safarali au jardin Eram. Son papa a été opéré depuis et sa convalescence se passe bien 🙂

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Direction Persépolis! La nuit va être perturbée par les malheureux chiens errants qui gardent le site et aboient sans interruption! Levés aux aurores, nous serons les premiers sur le site. Merci les chiens 🙂 Le ciel est mystique et rend la visite de cette cité achéménide de -500 avant JC, absolument magique. On y rencontre Angélica, une sublime italienne qui fait des études à la Sorbonne et on se régale de ses connaissances en histoire du moyen orient.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En route pour Yazd, on fait un stop dans les montagnes et la fraîcheur de la nuit va nous soulager.

Arrivés à Yazd, nous allons prolonger le visa au service immigration (cf. nos baroutils’). L’accueil et la disponibilité du personnel sont surprenants!

On rejoint un bivouac très prisé des camtars et on y rencontre un couple et leurs enfants franco roumains qui voyagent depuis 7 ans! Ils sont passionnés par l’Iran et partagent des informations pratiques notamment pour le gaz ou la recherche d’une nouvelle batterie pour Orbis.

Nous avons beaucoup aimé Yazd, de son complexe Amir Chakhmaq, au musée de l’eau en passant par son bazar Khan somptueux. Nous faisons aussi une rencontre avec la religion des zoroastriens en découvrant les tours du silence de Dakhmen, tours où étaient entreposés les corps des défunts afin qu’ils soient dévorer par les rapaces avant de faire brûler leurs os.

Mais là encore, la chaleur écrasante, nous donne vraiment envie de remonter dans le nord. C’est dommage mais on écourte la découverte de cette cité du désert car la sueur est vraiment de plus en plus difficile à supporter.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On rejoint la ville d’Ispahan. On y découvre la grandiose place Naqsh E Jahan ainsi que la mosquée Masjeh e Shah. On prend plaisir à flâner sous les arcades de la place où un artiste miniaturiste m’offrira au débotté un portrait de sa main sur une carte de visite. Ces petits moments qui font le voyage. Malheureusement c’est le week-end pour les iraniens, nous sommes vendredi et le bazar est donc fermé. Du coup on se retranche sur la visite du quartier arménien et on se prélasse dans un café au doux nom « Vero »! On prend le temps à déambuler sur les quais menant aux célèbres Pont Si-o-Seh et Chubi. Et on observe la douceur de vivre des iraniens qui font des pique-niques gargantuesques en famille et amis sur les bords de la rivière asséchée.

Le lendemain, samedi, on tente une expédition au bazar. Mais on apprend qu’en raison d’une fête religieuse, ce dernier est fermé. On quitte la ville en direction de Téhéran où l’on vivra une petite aventure d’une deuxième crevaison dont nous faisons le récit dans l’article sur nos réparations. La nuit tombant, nous ne dérogeons pas à notre règle de ne pas conduire la nuit et on fait un stop à Natanz où nous nous régalerons dans un restaurant en bord d’une jolie rivière.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire